Sélectionner une page
Ventes Hospices Beaune 2021

Photo Clément L’hôte

Les petits rendements du millésime ont amené les acheteurs à ferrailler lors de de la 161e vente aux enchères des Hospices de Beaune, dimanche 21 novembre 2021. À la clef : des prix stratosphériques, et une ambiance de feu.

Le domaine viticole des Hospices de Beaune a fait la plus petite récolte de ces 40 dernières années en 2021. Une déconvenue qui aurait pu annoncer une vente aux enchères en demi-teinte, dimanche 21 novembre sous les halles de Beaune. Il n’en fut rien.

Dès la mise en vente des premiers lots, les acheteurs s’enflamment. Des pièces (fûts de 228 litres) de beaune tutoient les 20 000€, près du double de l’année passée. Et ce rythme fou se maintient. Les records s’enchainent, une pièce de bâtard-montrachet atteint même les 240 000€. De quoi surprendre jusqu’aux plus grands spécialistes de cette vente caritative, dont les bénéfices iront à l’hôpital de Beaune. Résultat final : 11,7 millions d’euros de recettes pour 362 fûts. Le prix moyen du fût s’élève à 34 700 euros, en augmentation de 70% par rapport à 2020.

Record absolu pour la pièce des présidents
Mais le chiffre le plus fou de tous est celui de la pièce des président, la plus attendue de toute, car destinée à une autre œuvre de charité. Cette année, un Corton Renardes avait été choisi par Ludivine Griveau, régisseuse du domaine des Hospices. Les revenus de sa vente iront à la cause des femmes, via l’Institut Curie et la Fondation Solidarité Femmes. Le coup de marteau final tombe : l’enchère est remportée pour 800 000€. Un record absolu, qui éclipse celui de l’année dernière (660 000€). C’est la maison de vins anglaise Oeno Group qui l’emporte, après avoir bataillé ferme avec la maison bourguignonne Albert Bichot.

Pio Marmaï en parrain survolté
Un succès à mettre – au moins en partie – au crédit de la marraine et du parrain de la vente, Jeanne Balibar et Pio Marmaï. Les deux comédiens ont galvanisé la salle, en particulier l’acteur de Ce qui nous lie, qui a fait grimper les enchères de cette pièce emblématique pendant un bon quart d’heure grâce à sa verve, provoquant à plusieurs reprises l’hilarité de la salle

Une séquence appelée à devenir culte, qui s’est achevée avec un traditionnel banc bourguignon.

Cette 161e vente marquait aussi la première de la maison d’enchère américaine Sotheby’s, qui remplaçait cette année sa concurrente britannique Christie’s aux manettes. Le succès est indéniable, et met la barre haute pour 2022.

Share This