Sélectionner une page
Bourgeon gel Bourgogne

Bourgeon détruit par le gel dans une parcelle bourguignonne – photo Catinca Gavrilescu

 

Les 6, 7 et 8 avril 2021, la quasi totalité du vignoble bourguignon a été touché par un épisode de gel exceptionnel. S’il est difficile de chiffrer les dégâts avec précision aujourd’hui, on sait déjà qu’une petite récolte se profile.

 

Dans un contexte déjà marqué par le Covid et les taxes américaines, un nouveau fléau frappe les vignerons bourguignons en ce printemps 2021. Du 6 au 8 avril, alors que la vigne commençait à repousser, trois nuits de gel ont détruit de nombreux bourgeons naissants. Le mercure est descendu en dessous des -4° dans de nombreux villages, atteignant -7° par endroits. La faute à un vent polaire venu du nord. Dans ces conditions, les moyens de lutte mis en place, comme l’allumage de bougies pour réchauffer l’air, se sont révélés insuffisants.

 

Près de trois semaines après cet épisode, il est toujours impossible de chiffrer les dégâts. Il faut en effet attendre que les premières inflorescences (les futures grappes) apparaissent pour estimer les rendements. Mais pour l’interprofession, une chose est sûre, “le constat est assez grave”. De l’avis de la plupart des vignerons, la situation serait bien pire qu’en 2016, autre année marquée par les gelées noires. Pour retrouver des dégâts similaires, il faudrait remonter jusqu’à 1991.

 

Bourgeon gel Bourgogne

Photo Catinca Gavrilescu

 

Le pinot préservé?

Car contrairement à d’autres millésimes, c’est cette fois toute la Bourgogne qui est touchée. Chablis, Nuits, Beaune, Côte chalonnaise et Mâconnais : presque aucune vigne n’a été épargnée, en plaine comme en coteau. Selon les parcelles, de “20 à 80%, voire même 100%” des bourgeons seraient détruits, estime l’interprofession. Avec une nuance de taille : le pinot noir, moins avancé que le chardonnay ou l’aligoté, pourrait s’en sortir relativement bien.

Aujourd’hui abattus, les vignerons gardent quand même l’espoir de voir des repousses fructifères courant mai. Ils pourront alors estimer plus précisément l’ampleur des pertes.

 

Share This