Sélectionner une page

En ce début du mois de mars, la taille est désormais terminée en Bourgogne…sauf pour les quelques vignerons qui auraient encore quelques parcelles à terminer.

Profitant du repos végétatif de la vigne pendant la période hivernale, le viticulteur va réaliser un des travaux les plus importants : la taille de la vigne, qui va conditionner en grand partie la réussite de la récolte à venir.

En particulier en taillant sa vigne, le producteur permet de contrôler les rendements…et donc la qualité du raisin. Idéalement pour apporter une qualité de vin intéressante tout en ayant suffisamment de production, il va essayer d’avoir à peu près 6 à 7 grappes de raisin par pied de vigne, soit à peu près 1 kilo de raisin, ce qui fera moins de 50 hl/hectare.

La technique de taille de vigne la plus répandue en Bourgogne : la Guyot Simple


La taille la plus répandue en Bourgogne est la Guyot simple : elle consiste à garder un seul sarment avec 12 à 15 “yeux” qui sera la partie essentiellement fructifère. On gardera également le début d’un autre sarment, qu’on appellera courson, sur lequel on gardera uniquement une seule paire de futurs bourgeons. Ce courson sert essentiellement à apporter du bois pour la taille de l’année suivante, mais des grappes de raison peuvent apparaître également sur cette partie.

Dans les parcelles les plus prestigieuses de Bourgogne, on descendra même à des niveau aussi faibles que 30 hl/hectare, en particulier dans les zones d’appellations Grand Crus, dont les cahiers des charges des appellations (gérées par l’INAO) imposent ce type de rendements pour garantir la qualité.

Exemple de limitation de rendement avec ce cahier des charges de l’appellation grand cru Romanée Conti publié par l’INAO, qui demande un rendement visé de seulement 35 hl/hectare :

VIII.-Rendements. ― Entrée en production
1°- Rendement
Le rendement visé à l’article D. 644-25 du code rural est fixé à 35 hectolitres par hectare.

Pour télécharger le document complet : cahier des charges Romanée Conti

Share This