Sélectionner une page

Alors que les vendanges se terminent en Bourgogne, les producteurs comptent les grappes : peu de récolte, pour une fois le chiffre 9 n’est pas synonyme de pleine réussite.

Comme souvent en cas de petite récolte, la qualité est clairement au rendez-vous. L’inquiétude qui précédait l a récolte a laissé la place à une estimation des stocks qui s’avère bien maigre. Si au niveau national la baisse est estimée à environ -12% de volume par rapport à 2018, en Bourgogne elle va sans doute approcher les -20%.

millesime 2019 bourgogne

La faute à qui ? A un printemps délicat d’une part mais aussi et surtout bien sûr à cause de la sévère sécheresse qui  a laissé la partie Est de la France sans aucune goutte d’eau pendant quasiment 3 mois. Les grains de raisons ont séché sur pieds et on cruellement manqué d’approvisionnement en eau.

Si la vigne n’a pas besoin de beaucoup d’eau, lorsqu’elle en manque elle commence à stresser et le raisin va démarrer une période de tension qui va nuire à sa qualité.

Les vendanges sont maintenant terminées et les producteurs (un peu) rassurés : les volumes sont en sérieuse baisse mais la qualité est au rendez-vous.
Au sud de la côte de Beaune, les baisses vont de -30 à -50% selon les parcelles, ce qui est considérable. D’autres zones de vignes en Bourgogne connaissent des baisses moins fortes, de l’ordre de -5 à -15%.

Evidemment les acidités sont relativement faibles, mais si on se rappelle le millésime 2003 ça n’a posé aucun problème pour l’évolution des vins de Bourgogne et leur garde.

il est bien sûr souhaitable que les perspectives climatiques s’assagissent et que le prochain été en 2020 apporte plus d’eau, pour le vin bien sûr, mais aussi sans doute en général.

Share This