Sélectionner une page

La Côte de Beaune réputée dans le monde entier pour ses grands vins blancs secs, ses grands crus de très belle renommée comme Montrachet, Bienvenues-Bâtard-Montrachet,… à déguster une fois dans sa vie ! 

 

L’histoire de la Côte de Beaune 

La Côte de Beaune est constitué de vignobles qui s’étendent de la commune de Ladoix-Serrigny et qui se termine à Cheilly les Maranges (dominé géographiquement par les Hautes-Côtes de Beaune) dans le département de la Côte d’Or.

Les paysages de la Côte de Beaune sont magnifiques, on y trouve des vignes de raisins blancs, des vignes de raisins rouges, des pentes douces, où alternent bourgs huppés et villages modestes.

 

 

Elle fait partie des cinq grands vignobles de Bourgogne :

  • Chablis et le Grand Auxerrois
  • la Côte de Nuits, les Hautes Côtes de Nuits et le Châtillonnais
  • la Côte de Beaune et les Hautes Côtes de Beaune
  • la Côte Chalonnaise et le Couchois
  • le Mâconnais

 

Dès le XIVème siècle, les Bénédictins, les Chartreux, les moines de Cîteaux et de Cluny, sans oublier les Ducs de Bourgogne ont mis en avant les vins et les “climats” de la Côte de Beaune et depuis ils ont toujours une excellente réputation.

 

Le terme “climat” désigne les parcelles de terres en Bourgogne. Ce mot prend en compte le savoir faire des vignerons, les caractéristiques géologiques, les expositions particulières où chaque parcelle est délimitée précisément.

 

Incroyable la Côte de Beaune rayonne à l’international pour ses grands vins blancs comme Corton-Charlemagne, Meursault… et le célèbre Montrachet, l’un des plus grands vins blancs au monde ! 

 

Beaune, la capitale actuelle de la Bourgogne viticole

On peut parler de Beaune comme capitale des vins, c’est un territoire extrêmement dynamique.

D’abord, les grandes maisons historiques de négoces comme Bouchard, Champy, Drouhin, Jadot,… sont implantés à Beaune. Ensuite car les institutions vineuses de la Côte (interprofession et syndicat des négociants) y sont très représentés. Sans oublier bien sûr les Hospices de Beaune, un patrimoine remplie d’une histoire prestigieuse.

Le négoce en Bourgogne

A l’époque, le vigneron était à la vigne et au pressoir, le négociant aux tonneaux et c’était à lui de s’occuper de l’élevage du vin. C’est au XVIIIème siècle qu’une grande partie des maisons de négoce s’y sont installées, particularité bourguignonne le négoce-éleveur.

Pour commencer, les vignerons s’occupent du travail de la vigne (taille, entretien,…), des vendanges, des premières étapes de vinification (fermentation, pressurage et entonnage), c’est alors que le négociant intervient en amenant les tonneaux puis élève le vin comme il le souhaite dans ses caves. 

Le négoce-éleveur possède un savoir-faire technique, par son travail il apporte une plus-value et joue un rôle essentiel dans la qualité du produit finit. 

Les avantages de cette méthode sont nombreux :

  • pour le vigneron cela permet de ne pas se préoccuper des vinifications qui peuvent être risquées et incertaines
  • quant au négoce-éleveur, il gagne de l’argent en élevant ses cuvées à la demande de sa clientèle 

 

Depuis la crise des années 1980 (le choc pétrolier de 1973), le nombre de négoces a grandement diminué, c’est pour cela qu’actuellement il ne reste que 60 maisons de négoces implantés en Bourgogne. De nos jours, les vignerons préfèrent élever et commercialiser leurs vins eux-mêmes.

 

Le vignoble de la Côte de Beaune produit des vins blancs de grande classe, tout en élégance et en finesse ainsi que des vins rouges prestigieux.

 

Les différentes appellations de la Côte de Beaune (du nord au sud) :

 

Ladoix-Serrigny

Cette commune propose des vins souples et délicats, le sol est à dominance calcaire-marneux, un peu d’argile dans les secteurs qui produisent des vins blancs.

 

Aloxe-Corton

Ce village produit des vins d’une belle puissance, souples et délicats. Un sol à dominance argilo-calcaire, très caillouteux par endroits.

 

Corton

La colline de Corton propose des grands crus dans les deux couleurs, des vins d’une générosité légendaire, avec une production de l’ordre de 3 500 hectolitres. Le Corton est le grand cru le plus important de la Bourgogne et le seul grand cru en rouge de la Côte de Beaune, il est subdivisé en une vingtaine de climats (Le Clos du Roi, Le Corton, Les Bressandes, Les Perrières, Les Renardes,…).

Elle est essentiellement composé de sol brun composé de rendzines noires nées d’éboulis et des calcaires rougis par l’oolithe.

 

Corton-Charlemagne

Corton-Charlemagne, le plus élevé, couvre la montagne de Corton. Des vins souples, au nez des notes d’épices douces (cannelle,…) et d’épices salées (girofle,…) qui s’épanouissent sur un sol de marnes blanches.

 

Pernand-Vergelesses

Des vins souples et délicats, dont une partie du Corton-Charlemagne est située sur cette commune qui produit du Corton rouge avec un terroir à dominance argilo-calcaire.

 

Savigny-Les-Beaune

Beaucoup de finesse, des vins tendres. Une géologie de grande diversité mais à dominance argilo-ferrugineuse et calcaire.

 

Chorey-Les-Beaune

D’excellents vins mais aucun premiers crus sur cette appellation, des sols variés entre du calcaire avec un peu de fer à l’ouest, du sable, des pierres au nord et enfin des marnes-graviers au sud.

 

Beaune

Depuis le XVIIIème siècle, c’est à Beaune que la puissante bourgeoisie d’affaires s’est installée, au même moment le vin de Beaune devient un vin rouge généreux, corsé, de garde avec beaucoup de corps.

Des vins excellents, de très bonnes qualités malheureusement pas de premiers crus sur cette appellation. Un sol composé de calcaire mélangé à du sable ou de l’argile par endroits.

 

Les vins rouges de la Côte de Beaune sont des vins d’exceptions comme Pommard, Volnay, Corton et tant d’autres…

 

Pommard

Connus dès le Moyen-Âge pour ses vins rouges fermes, colorés, puissants et de belle garde, aucune production de vin blanc sur cette appellation. Dommage … pas de grands crus pour cette appellation mais des premiers crus de bonne réputation (Clos Blanc, Clos de la Commaraine, Clos de Verger, Les Rugiens-Bas, Les Saussilles,…). Des sols calcaires et argileux.

 

 

Volnay

Cette appellation ne propose également que du vin rouge, avec beaucoup d’élégance, de légèreté et parmi les plus tendres de la Côte de Beaune. Pas de grand cru sur cette appellation mais de nombreux premiers crus (Champans, Clos de Cave des Ducs, Les Caillerets,…). Un terroir composé de marnes calcaires et d’éboulis argilo-calcaires.

 

De petits villages moins célèbres proposent aussi de belles découvertes avec d’excellents rapports qualité-prix comme Monthélie, Auxey-Duresses, Saint-Aubin, Saint-Romain, Santenay, les Maranges. A connaître sans plus attendre …

 

Monthélie

Un bouquet très agréable, des notes de fruits, à découvrir sans plus attendre. Majoritairement des sols calcaires et argileux pour certains climats.

 

Auxey-Duresses

Des vins blancs d’une belle rondeur, avec du gras et en finale une acidité citronnée. Pour les vins rouges, des notes fruitées, charnus et poivrés en bouche. Cette appellation d’origine contrôlée possède neuf premiers crus (Climat du Val, Clos du Val, Les Bréterins, La Chapelle, Reugne, Les Duresses, Bas des Duresses, Les Grands Champs, Les Écusseaux). Un terroir composé de calcaire et de marne pour les vins blancs, calcaire et argile pour les vins rouges.

 

Saint-Romain

Très connue pour ses vins blancs, cette appellation propose des vins friands, vifs et minéraux.  Son terroir y est favorable, constitué de marnes calcaires avec des bancs d’argiles.

 

Meursault

Des vins aux arômes de fruits secs (noisette,…), de fruits blancs (grappe mûre de raisins blancs,…), en bouche secs et souples. Le cépage utilisé pour ses vins blancs (le chardonnay) se trouve dans son terrain de prédilection, composé de marnes blanches. Dans la partie nord un sol calcaire, de gravier et d’argile, propice aux vins rouges. 

Les vins produits sur le climat Santenots ont droit à l’AOC Meursault pour les vins blancs et Volnay pour les vins rouges.

 

=> Blagny

Exception pour celui-ci : seuls les vins rouges de ce hameau peuvent revendiquer l’AOC Blagny. En fonction de leur situation géographique, les blancs bénéficient des AOC Meursault ou Puligny-Montrachet 1er cru.

 

Après Meursault et jusqu’à Chassagne-Montrachet, l’étage barthonien et le calcaire de Comblanchien reprennent leur place. Les marnes s’intercalent dans le calcaire pour offrir au chardonnay les terres argileuses qui lui conviennent mieux qu’un sol rocheux.

 

Puligny et Chassagne se répartissent la colline de Montrachet, dédiée au chardonnay à travers quatre grands crus, dont le plus fameux est le Montrachet.

Puligny-Montrachet

L’appellation Puligny-Montrachet propose en grande partie des vins blancs (95,92 hectares de production) et très peu de vins rouges (0,36 hectares de production).

Des vins blancs fruités et distingués, c’est le temple des grands crus blancs :

  • Montrachet (considéré comme un des meilleurs vins blancs du monde)
  • Bâtard-Montrachet
  • Chevalier-Montrachet
  • Bienvenues-Bâtard-Montrachet

Les vins rouges de Puligny-Montrachet ont du corps et de la finesse.

Des sols riches en cailloux et argilo-calcaire.

Chassagne-Montrachet

Cette appellation propose des vins blancs opulents et des rouges tanniques.

Trois grands crus en blancs de grande classe :

  • Montrachet
  • Bâtard-Montrachet
  • Criots-Bâtard-Montrachet

Des vins de très bonne renommée, possibilité de les garder plusieurs années en cave, très bonne tenue. Les vins blancs sont produits sur du calcaire brun argileux et les vins rouges sur du calcaire marneux.

 

Les vins des AOC produites sur Puligny et Chassagne sont recherchés dans le monde entier.

 

Saint-Aubin

Des blancs tendus, minéraux et élégants alors que les vins rouges sont légers mais d’une grande délicatesse.

Pour les vins blancs, un sol constitué de terres blanches avec de l’argile. Pour les vins rouges du calcaire avec des cailloux.

Des vins de très bonne qualité même si beaucoup ne connaisse pas puisqu’elle souffre de la renommé de ses proches voisins.

 

Santenay

Majoritairement du vin rouge pour cette appellation, le Santenay rouge est apprécié pour son côté charnu, ses tanins délicats, très agréable à boire dans la jeunesse. Le Santenay blanc dévoile un bouquet expressif et plaisant, des arômes de fruits secs (noisette,…) et végétales (fougère,…).  Les vignes sont plantés sur un calcaire dur avec des marnes.

 

Maranges

Cette appellation d’origine contrôlée remplace depuis 1989 les AOC suivantes :

  • Cheilly-les-Maranges
  • Dezize-les-Maranges
  • Sampigny-les-Maranges

L’appellation communale de la Côte de Beaune là plus méridionale sur un terrain argilo-calcaire liasique.

 

 

Côte de Beaune-Villages

Produit uniquement du vin rouge, chaque viticulteur peut choisir soit l’AOC communale soit l’AOC Côte de Beaune-Villages. La nature du sol est variée en raison de la grande étendue de l’appellation, majoritairement de l’argilo-calcaire.

 

Côte de Beaune

C’est une AOC à petite étendue, elle ne s’applique pas à l’ensemble de la Côte de Beaune.

 

Bourgogne Hautes-Côtes de Beaune

Le vignoble des Hautes-Côtes de Beaune produit d’excellents Bourgognes d’appellations régionales qui peuvent également bénéficier de l’appellation Bourgogne Hautes-Côtes de Beaune.

Les grands crus se concentrent sur deux collines : celle de Corton dédiée aux rouges et celle du Montrachet dédiée aux blancs.

Finalement peu de grands crus en Côte de Beaune puisqu’à l’époque les négoces-éleveurs préféraient valoriser seulement le nom du village et surtout leur propre marque.

 

Les cépages

 

  • Le chardonnay utilisé pour tous les vins blancs de la Côte de Beaune, se plaît sur les sols marneux assez argileux. Ce cépage offre des vins aux arômes de fruits secs (noisette,…), de confiseries (miel,…), empyreumatiques (pain grillé,…), c’est une explosion de saveurs d’une richesse incroyable. Des vins secs, gras, bien équilibré entre l’acidité et le moelleux et d’une persistance remarquable. Des capacités de garde très longue, de 10 à 20 ans et beaucoup plus pour les plus grands noms.

Les Bourgognes blancs prestigieux se dégustent avec du poisson fin, des crustacés en sauce, des viandes blanches, pourquoi pas du foie gras et pour les amateurs de fromages puissants tels que l’époisses, les bleus,… cela se mariera très bien.

 

  • Le pinot noir se plaît particulièrement dans la Côte de Beaune sur les terrains calcaires de coteaux, bien drainés, et sous des climats tempérés d’où sa grande renommée. Ce cépage noir donne naissance à des vins de caractères bien différents selon les terroirs. Il dévoile un nez très expressif au bouquet incroyable, des notes de fruits rouges (cerise, fraise, framboise,…), de fruits noirs (cassis, mûre,…), de fleurs (pivoine, violette,…), de sous-bois (champignon,…), secs (foin,…), empyreumatiques (foin,…), confiturés (fraise des bois, kirsch,…). En bouche, une belle puissance, des vins fermes et des tanins d’une belle finesse.

 

 

  • Le pinot beurot est un cépage blanc très peu répandu en Bourgogne (2% du vignoble de la Côte de Beaune), il peut être utilisé lors de l’élaboration des vins rouges, cela lui apportera du gras.

 

Au moment du service, il est conseillé de servir les vins blancs entre 12 à 14° C et les vins rouges entre 15 à 16° C pour les plus vieux, et pour les vins rouges jeunes les servir plus frais.

 

***

 

Qui n’a jamais entendu parler de la célèbre vente de vins des Hospices de Beaune?

La création des Hospices, appelé également l’Hôtel-Dieu a été créé en 1443 par Nicolas Rollin (chancelier du duc de Bourgogne) et sa femme Guigogne de Salins. Pendant cinq siècles c’était un établissement hospitalier qui permettait de soigner de nombreux malades (chirurgie, maternité, médecine, pédiatrie, soins intensifs, urgences,…).

De nos jours en raison de l’afflux des visiteurs, les patients sont hospitalisés dans un autre bâtiment. C’est devenu un monument historique ainsi qu’un prestigieux domaine vinicole composé d’un ensemble de vignobles des meilleures appellations de Bourgogne (une superficie de 61 hectares), constitué au cours des siècles grâce à des legs et des donations.

=> Leur production est commercialisée chaque année lors de la grande vente aux enchères.

Cette vente peut être considérée comme la plus grande vente de charité du monde, en 2000 le montant de la vente s’est élevé à 3 771 193 euros. De plus elle joue un rôle important pour le tourisme de Beaune et sa région. 

C’est en 1859 que tout commence …Joseph Pétasse (l’économe des Hospices) organise les Trois Glorieuses, cette manifestation dure trois jours :

 

  • le samedi a lieu la dégustation des vins de l’année, les dizaines de tonneaux de la production des vignes des Hospices sont dégustés par des centaines de courtiers et négociants, cela leur permet de donner leur avis aux acheteurs. Et au soir se tient le chapitre des Chevaliers du Tastevin au Clos de Vougeot.

Le grand jour est arrivé, les halles de Beaune sont remplies de monde, beaucoup de négociants bourguignons sont venus acheter même si trois-quarts des commandes ont été passées dès les vendanges.

  • le dimanche après-midi, la vente aux enchères démarre, le public regarde à travers la vitre et observe le ballet minimaliste des donneurs d’ordre levant leur plaquette du bout des doigts. Autrefois, cette vente se passait “à la bougie”; désormais, c’est un coup de marteau qui résonne !
  • le lundi, les cérémonies se terminent par la paulée de Meursault (le repas de fin de vendanges).

 

Envie de découvrir l’ambiance de la célèbre vente de vins? Si oui, rendez-vous le troisième dimanche de novembre en face des Hospices de Beaune !

La cour des Hospices de Beaune depuis le XVème siècle (aucun changement n’a été effectué)

Chaque année, la vente des vins de ses célèbres hospices attire des acheteurs du monde entier, c’est le moment important pour l’économie viticole bourguignonne. 
Share This